Le budget participatif

On a beaucoup entendu parler, fin 2014, des budgets participatifs depuis que la mairie de Paris a lancé sa campagne de communication, largement relayée au niveau national. Pourtant cette idée n’est pas nouvelle.

Le budget participatif existe depuis 1989 à Porto Alegre au Brésil

Le budget participatif existe depuis 1989 à Porto Alegre au Brésil

Le budget participatif a été expérimenté pour la première fois à grande échelle dans la ville de Porto Alegre, au sud du Brésil, en 1989. Cette expérience s’est ensuite diffusée à d’autres villes du Brésil puis dans d’autres pays du Sud avant d’arriver récemment dans nos pays occidentaux. En France, ce sont surtout des villes communistes de la banlieue parisienne qui ont expérimenté le budget participatif. Plus récemment, depuis 2005, le Conseil Régional de Poitou-Charente à mis en place des budgets participatifs dans les lycées.

 

Le budget participatif consiste à permettre aux citoyens/aux habitants, non élus, de devenir une force de proposition et d’être associés à la définition des politiques publiques à des échelles différentes (quartier, ville, département…). Cette méthodologie permet de répondre concrètement à des attentes ou des besoins des habitants là où quelques fois les élus ne jugent pas ces actions prioritaires ou n’ont pas conscience de leur nécessité.

 

Mais il faut veiller à ce que ce dispositif ne soit pas une coquille vide et devienne au contraire un réel instrument de démocratie directe.

Lorsque les budgets participatifs sont établis sur un mode consultatif, la décision finale n’est pas de facto conforme à l’avis des habitants, les élus ont le dernier mot. Nous sommes ici dans le cadre d’une logique gestionnaire, les élus et techniciens chapeautent la démarche, ce qui fait que certains projets ou budgets peuvent manquer d’ambition. A l’inverse, le processus peut davantage s’appuyer sur une logique de mobilisation et de conscientisation. L’élaboration d’un budget participatif ne doit pas être une simple consultation mais découler d’une série de débats entraînant la prise de décision. Durant le processus d’élaboration et de décision, les participants œuvrent à élaborer un espace collectif de formation, où les individus s’approprient des savoirs qui étaient jusqu’à présent réservés à certains. Ainsi nous assistons à une réorganisation de la décision dans l’action publique qui sont la démonstration d’autres formes de démocratie.

 


Pour en savoir plus :

http://www.periferia.be/index.php/fr/archives-fr/budget-participatif

Yves Sintomer, « Les budgets participatifs en Europe » et « Petite histoire de l’expérimentation démocratique », aux éditions La Découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *