La fable de l’urbaniste et du promoteur par Léo

 

L’Urbaniste et le Promoteur

 

L’Urbaniste, un matin, voyait un Promoteur :
Du vide, je le dis, la nature en a peur.
Ensemble ils regardaient cet espace prometteur
A nous deux mon ami, voilà notre bonheur
La terre nourricière vivait ses dernières heures
Pendant ce temps au loin, était l’Agriculteur,
Travaillant jour et nuit, voilà un vrai labeur,
Mais seul, on l’ignorait assis sur son tracteur.

 

Dévoilant ses idées, le Promoteur se dit :
Des pavillons, des grands, ici, je les construis
Pour vendre à mes clients un entre-soi choisi.
L’Urbaniste ajouta, pourtant peu sûr de lui :
Un lotissement oui, mais alors un joli,
Avec plusieurs parkings regroupés en épis
Et sur un sol en herbe pour infiltrer la pluie.
Des logements sociaux ? Oubliés, sans un bruit…

 

Le Promoteur insiste : il faut être ambitieux,
Faire suer le mètre carré, et densifier un peu.
Là un écoquartier, voilà ce que je veux.
L’Urbaniste enjoué, y ajoute de ses voeux :
Un quartier élégant, que demander de mieux,
Avec une belle noue implantée au milieu.
Et tous les habitants concertés deux par deux,
Tous acteurs de leur vie, ils seront bienheureux.
Surtout les créatifs, cibles de ce grand jeu,
Dont le pouvoir d’achat attire tous les envieux.

 

Une autoroute ici, voilà toute logique.
Le Promoteur serein n’y voyait pas de hic.
Et pour faire de ce site une zone dynamique,
Il parlait aussitôt d’entrepôts logistiques.
L’Urbaniste surpris, mais tenant sa boutique :
Certifiée HQE¹, sera cette fabrique !
Des normes et des labels, j’en ai toute une clique.
La croissance oui, fut-elle écologique.

 

Et pour finir enfin, un centre commercial.
Avec ses rues, ses places et ses jolis étals,
La ville dans le commerce, non, ce n’est pas banal.
Euphorique et cynique, le Promoteur s’emballe :
Pistes de ski et golfs, compléteront ce régal !
Gonflant mon TRI², n’est-ce pas chose géniale ?
Brillant ! Mais attention à ne pas être sale,
L’Urbaniste intervient pour limiter le mal :
Agenda 21 et toiture végétale,
Limiteront les risques d’un potentiel scandale.

 

Sans retenu aucune, le Promoteur demande :
Et si finalement, à Notre-Dame-des-Landes,
C’est un aéroport que les élus commandent ?
L’Urbaniste aveuglé poursuit sa propagande :
Pour la compétition, quelle formidable offrande !
Entre villes et régions, que la demande est grande.
Avec un PPP³ que les grands groupes attendent,
Nous ferons ce projet, quoi qu’il en dépende.
Si c’est l’utilité que le peuple demande,
Publique elle sera, pour calmer cette bande.

 

Le Promoteur heureux de combler tout ce vide,
Remercie l’Urbaniste pour ce travail avide.
L’Agriculteur, lui, n’a pas besoin de guide
Pour cultiver ses terres, même les plus arides :
Mes champs sont pleins, ne parlez pas de vide !
Vous mangez du béton ? Ne soyez pas stupide !
Respectons cette terre, au lieu d’être cupide.
Se nourrir, se loger, faut-il que l’on décide ?
Sans hiérarchie aucune, ces besoins sont valides.
Urbaniste, réveille-toi ! Tu n’as pas l’air lucide.

 

Ne pas urbaniser, si on en prend le temps,
C’est faire de l’urbanisme, enfin, différemment

(L’urbaniste tourne une page)

Sans attendre le soir, l’urbaniste partit,
Laissant le promoteur jouer au Monopoly,
Et chercha dans l’espoir, des idées, des ami.e.s
Pour inventer un jeu qui respecte nos vies
La suite de l’histoire, c’est un rêve, une envie
De construire avec vous, ce jeu, dès aujourd’hui

 

Léo

roue

(1) Haute Qualité Environnementale
(2) Taux de Rendement Interne
(3) Partenariat Public Privé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *