Notre voyage

 

En réaction aux crises que subit notre société, face au désenchantement qui nous entoure et à l’omniprésence de l’individualisme, d’autres façons de faire et de penser émergent dans de nombreux lieux, cherchant un système plus convivial et en phase avec l’environnement. Un fourmillement d’initiatives locales autour de la construction collective d’espaces habités, sans hiérarchie de pouvoir, œuvrent à l’amélioration du cadre de vie et au tissage de liens sociaux. Des habitants qui veulent agir comme maîtres d’oeuvre et utiliser ou apprendre de nouveaux savoir-faire plutôt que consommateurs de leurs espaces du quotidien. Ces habitants, consciemment ou non, posent la question de la place de l’habitant-usager dans la conception de la ville.

 

Ainsi nous avons décidé de partir à vélo à la découverte de l’urbanisme autogéré et des enseignements possibles de ces expériences.

Notre tour a pour but d’étudier ces différentes types d’initiatives et de comprendre ce qui fait leur réussite mais aussi leurs faiblesses. Nous voulons comprendre pour chacune qui sont les gens qui portent ces initiatives, leurs parcours, ce qui les a poussés à agir …

Nos allons tenter de comprendre les dysfonctionnements de l’urbanisme classique, les déceptions et les défiances apportées par les dispositifs participatifs ou vis-à-vis des élus, comprendre pourquoi de plus en plus d’habitants ressentent comme nécessaire d’aménager eux-mêmes la ville.

Notre voyage se déroule en deux temps

 

 

– Premier temps : avril à novembre 2015

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Lors de ce premier temps nos moyens de transports seront le vélo et le train pour faire quelques sauts de puce. Nous roulerons à la rencontre des différentes manifestations de l’urbanisme autogéré. Des crochets par la Belgique et la Suisse sont prévus, à titre de comparaison et tout en restant dans l’espace francophone.

La carte est seulement indicative, nous gardons une part de liberté et de souplesse pour laisser la place à l’imprévu et aux rencontres opportunes qu’on nous indiquera. Nous nous fixons comme seules contraintes quelques dates butoirs qui ont pour but d’éviter de se laisser déborder et de terminer à temps le voyage.

 

– Deuxième temps : février à juin 2016

Pour cette seconde phase, nous allons tenter de nous inscrire dans le moyen terme. Lors de de la première phase, nous n’avons que croisé les expériences, passé quelques heures ou quelques jours, mais trop peu de temps. Ce second temps a pour but d’approfondir la question de l’urbanisme autogéré inscrit dans une perspective de long terme, c’est à dire du changement de la ville en profondeur.

L’urbanisme s’inscrit dans le quotidien des habitants, pas seulement dans de l’évènementiel, il agit sur le temps long. Le lieu habité est un partage entre les quotidiens individuels et les projets collectifs qui s’inscrivent dans la durée.

Nous retournons dans 10 lieux par lesquels nous sommes déjà passés. Avec eux nous allons pratiquer leur quotidien et leurs actions dans la ville. Ces 5 mois seront pour nous l’occasion d’approfondir notre sujet de recherche. Afin de faire notre place et d’élargir notre territoire d’étude, nous allons dans 5 lieux chacun.

See in fullscreen

le REtour de France

roue

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis journaliste pour France 2 pour une nouvelle émission qui sera diffusée à partir de septembre tous les samedis après-midi .
    Nous préparons actuellement un reportage de 15 minutes sur l’habitat partagé, j’ai vu votre projet sur votre site j’aurai donc voulu savoir si il était possible d’en discuter ensemble .
    Merci par avance pour votre retour,
    Bien cordialement,
    Mylène Massé

  2. Retour PingNOS RÉFÉRENCES | Espaces publics et citoyenneté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *